Ouvrir le menu principal

Page:Michelet - Œuvres complètes Vico.djvu/325

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


trois langues correspondantes se parlèrent : langue hiéroglyphique ou sacrée, langue symbolique ou héroïque, langue vulgaire ou épistolaire, celle dans laquelle les hommes expriment par des signes convenus les besoins ordinaires de la vie.


29. Homère parle dans cinq passages de ses poèmes d’une langue plus ancienne que l’héroïque dont il se servait, et il l’appelle langue des dieux. (Voy. livre II, chap. VI.)


30. Varron a pris la peine de recueillir trente mille noms de divinités reconnues par les Grecs. Ces noms se rapportaient à autant de besoins de la vie naturelle, morale, économique ou civile des premiers temps. — Concluons des trois traditions qui viennent d’être rapportées que partout la société a commencé par la religion. C’est le premier des trois principes de la Science nouvelle.


31. Lorsque les peuples sont effarouchés par la violence et par les armes, au point que les lois humaines n’auraient plus d’action, il n’existe qu’un moyen puissant pour les dompter, c’est la religion.

Ainsi dans l’état sans lois (stato eslege) la Providence réveilla dans Tâme des plus violents et des plus fiers une idée confuse de la divinité, afin qu’ils entrassent dans la vie sociale et qu’ils y fissent entrer les nations. Ignorants comme ils étaient, ils apphquèrent mal cette idée ; mais l’effroi que leur inspirait la divinité telle qu’ils l’imaginèrent, commença à ramener l’ordre parmi eux.