Ouvrir le menu principal

Page:Michelet - Œuvres complètes Vico.djvu/305

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



(An du monde 2820.) D’habiles critiques ont porté plus loin le scepticisme : ils ont pensé que la guerre de Troie n’avait jamais eu lieu, du moins telle qu’Homère la raconte, et ils ont renvoyé à la Bibliothèque de l’Imposture les Dictys de Crète et les Darès de Phrygie, qui en ont écrit l’histoire en prose, comme s’ils eussent été contemporains.


(Vers 2950.) Dans le siècle qui suit immédiatement la guerre de Troie, et à la suite des courses errantes d’Enée et d’Antenor, de Diomède et d’Ulysse, nous plaçons la fondation des colonies grecques de l'Italie et de la Sicile. C’est trois siècles avant l’époque adoptée par les chronologistes ; mais ont-ils le droit de s’en étonner, eux qui varient de quatre cent soixante ans sur les temps où vécut Homère, l’auteur le plus voisin de ces événements ? La fondation de ces colonies est du petit nombre de ces faits dans lesquels nous nous écartons de la chronologie ordinaire, mais nous y sommes contraint par une raison puissante. C’est que Syracuse et tant d’autres villes n’auraient pas eu assez de temps pour s’élever au point de richesse et de splendeur où elles parvinrent. Pendant ses guerres contre les Carthaginois, Syracuse n’avait rien à envier à la magnificence et à la politesse d’Athènes. Longtemps après, Crotone presque déserte fait pitié à Tite-Live, lorsqu’il songe au nombre prodigieux de ses anciens habitants.


(An du monde 3223.) Le temps certain, l'âge des hommes commence à l’époque où les jeux olympiques, fondés par Hercule, furent rétablis par Iphitus. Depuis