Ouvrir le menu principal

Page:Michelet - Œuvres complètes Vico.djvu/270

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


par défaut d’attention, par illusion sur les créatures, contempler sans le savoir dans des copies imparfaites le Dieu très bon, très grand. — Ainsi, la métaphysique traite du vrai indubitable, parce qu’elle a pour objet ce dont on est toujours certain, même lorsqu’on doute, qu’on se trompe ou qu’on est trompé.


CHAPITRE VII

De la faculté.


Facultas, c’est faculitas, d’où est dérivé facilitas, facilité ; ce qui signifie la puissance, la capacité de faire sans peine et sans hésitation. C’est donc cette facilité, par laquelle la vertu passe à l’acte. L’anima est une vertu ; la vision un acte, le sens de la vue une faculté. Aussi la classification de l’École n’est pas sans élégance ; elle appelle le sens, l’imagination, la mémoire, l’intelligence, des facultés de l’âme (animæ). Mais cette élégance est gâtée quand l’École place dans les choses les couleurs, les saveurs, les sons, le tact. Car si les sens sont des facultés, dans l’acte de la vision nous faisons les couleurs, dans celui du goût les saveurs, dans ceux de l’ouïe et du tact les sons, la chaleur et le froid. C’était le sentiment des anciens philosophes de l’Italie ; la trace en est visible dans les mots olere et olfacere ; la chose sentie est dite olere, et le sujet sentant olfacere, parce que le sujet (animans) crée l’odeur par l’odorat. L’imagination est la plus certaine des facultés, parce qu’en l’exerçant nous créons