Ouvrir le menu principal

Page:Michaud - Biographie universelle ancienne et moderne - 1811 - Tome 84.djvu/84

Cette page n’a pas encore été corrigée


rapporte ce passage d’une Epitre de l’Ane au Coq qui circulait manuscrite :

« As-tu oüi parler du veau
Naguère né avec deux têtes ?
C’est signe que les grosses bétes
Porteront pour deux cornes quatre ;
De fait Jean Thibaut le folâtre
L’a tout ainsi pronostiqué. »

Jean se vantait un jour d’avoir fait un livre, auquel apparemment il n’avait pas mis son nom, et qu’un autre s’appropriait (probablement les Tables du soleil et de la lune, etc., que La Croix du Maine mentionne comme imprimées à Paris, par Chrétien Wechel). Mellin de Saint-Gelais, rabattit l’orgueil de Jean par cette épigramme :

Maistre Jean Thibaut va jurant
Qu’il n’est ny fol, ni esventé,
Et encore moins ignorant,
Et qu’il a tout seul inventé
L’escrit qu’un autre s’est vanté
D’avoir fait du tourner des cieux.
Maistre Jean Thibaut faites mieux,
Donnez-luy le livre et l’estoffe,
Et l’on tiendra votre envieux
Pour un très-mauvais philosophe[1]. »

Voici, maintenant, d’après nos anciens bibliothécaires et le Manuel du libraire, les titres des productions de Thibaut : 1º La Physionomie des songes et visions fantastiques des personnes, avec l’exposition d’icieux, selon le vrai cours de la lune, Lyon, Jacques Moderne, sans date, petit in-8º. Le Dictionnaire Bibliograph. de Cailleau, indique une édit. de Lyon, 1478, pet. in-12, fig. en bois, contenant aussi les Songes de Daniel, le prophète, translatés de latin en français ; mais le savant auteur du Manuel remarque avec raison que la date de 1478 ne peut être exacte, puisque Thibaut, vivait encore vers le milieu du xvie siècle. 2º. Le Triumphe de la paix célébrée en Cambray, avec la declaration des entrées et yssues des Dames, Roix, Princes et Prélatz… (à la fin) en Anvers, par moy, Guillaume Vorsterman (1529), petit in-4º goth. de 12 feuilles non chiffrées, avec fig. en bois. M. Brunet, qui a connu cet opuscule le présente comme curieux et rare. III. Les Tables du soleil et de la lune, etc. (Voy. ci-devant). IV. Prognostication nouvelle de frère Thibaut, Lyon, petit in-8º, goth. V. Diverses autres Prognostications, pour les années 1539 à 1544, imprimées à Paris et au Mans. VI. Trésor du remède préservatif et guérison bien expérimentée de la peste et fièvre pestilencielle, etc., Paris, 1544. VII. Grande et merveilleuse Prophétie, commençant l’an 1545 jusques en l’an 1556, Le Mans, Denis Gaingnot, 1545. Ce dernier article ne parut qu’après la mort de l’auteur. Pour ne rien laisser à désirer de ce qui concerne Thibaut, nous ajouterons que, dans son épître dédicatoire du no III ci-dessus au cardinal de Lorraine, il promettait deux livres pour connaître les mutations des vents, gresles, tonnères, tempêtes, et les lieux où seront leurs effets. S’il a fait ces livres, ils sont demeurés inédits, aussi bien que celui qu’il avait terminé, et qui était intitulé : Table de la Dignité des planettes, et Maisons de la Lune[2]. — La Croix du Maine,

  1. Les œuvres de Saint-Gelais, édit. de 1719, renferment deux autres épigrammes contre Thibaut.
  2. Une copie, si ce n’est l’original de cette table, faisait partie des nombreux manuscrits rassemblés par la reine Chris-