Ouvrir le menu principal

Page:Mercure de France, t. 77, n° 278, 16 janvier 1909.djvu/44

Cette page n’a pas encore été corrigée


MERCVRE DE FRANCB-16-1-1909 que d’Auger et La Rivière (i); 3° l’expression «mes deux merles », employée par Saint-Mars dans une lettre àd’Estra- des,signifie seulement « mesdeux oiseaux en cage» et n’a rien de méprisant, ou bien rentre dans le système dudéguisement verbal; 4° en janvier 1687, Saint-Mars est nommé à Sainte- Marguerite; on lui donne ordre de se rendre de suite dans l’île et de construire une prison spéciale pour ses prisonniers. Ce même mois, Saint-Mars annonce à Louvois, d’Exiles, que l’un de ses prisonniers vient de mourir; c’est La Rivière, dont on sait qu’il était gravement malade d’hydropisie. Les deux lettres se sont croisées, et,dans cellede février, Louvois ne parle plus de transfert à Sainte-Marguerile que «du pri­ sonnier », donc de Dauger, en recommandant de prendre des mesures de sûreté exceptionnelles qui correspondent à celles dont ce même Dauger a étél’objet àPignerol. De même dans lalettre du 16 mars, c’est bien du prisonnier d’Exiles qu’ilest question ; 5° quant à Mattioli, il était resté à Pignerol, d ’où on le fit partir, ainsi qu’il ressort de la correspondance entre de Maisonsel et Barbezieux, le 7 avril1694; or, Saint-Mars a écroué «son prisonnier» à Sainte-Marguerile dès le 3o avril 1690 et les précautions prises ayant de nouveau provoqué des commentaires, il laisse dire que ce prisonnier est le duc de Beaufort, mort à Candieen 1669,et dont on n’a pas retrouvé le cadavre, ou un fils d’Olivier Cromwell. On a vu que Mattioli avait été écroué à Pignerol sous !e nom de Lestang; mais à ce moment se trouvait à la prison un pasteur protestant s’appelant aussi De Lestang; d’où sans doute des confusions possibles; et c’est ainsi queje m’explique pourquoi son vrainom futrenduà Mattioli par Barbezieux dans ses dépêches. Ildevait y avoir pour ces faux noms des règles assez simples (2), psychologiquement sans doute analogues à cellesquirèglentlechoix despseudonymes; c’est pourquoi,à la mort de «l’ancien prisonnier», on lui donna automatiquement un nom analogue à celuide Mattioli, le nom de Marchioly. Par contre, «mon prisonnier »est nommé,à Sainte-Margue­ rite, «Monsieur Latour», souvenir dela formule «les prison­ niers, ou messieurs, dela Tourd’en Bas». Enfin Mattiolimou- (1) Voir les lettres du a et du 11 mars 1683. (a; Ainsi, le 3o avril 1701, on écroué Maranville sous le nom de Ricardville;etc.