Ouvrir le menu principal

Page:Mercure de France, t. 77, n° 278, 16 janvier 1909.djvu/152

Cette page n’a pas encore été corrigée


MERCVRE DK FRANCK— 16-1-1909 et à la conservation de leurs richesses artistiques ». Nous avons exposé alors ici même (1) l’état de la question, et les réformes dési­ rablesà apporter dans le fonctionnement de ces musées. Aprèsdeux ans de travaux,répartis sur quatre séances plénièresde la commission et cinq des deux sous-commissions législative et artistique, M .H . La­ pauze, chargé du Rapport général, vient de publier les résul­ tats de cette enquête et des délibérations prises (2). Nous ne pouvons entrer ici dans le détail de ces débats, qu’on trouvera tout au long dans le volume ; nous nous contenterons d’en citer in extenso la partie essentielle : les vœux auxquels ils ont abouti et dont plusieurs répondent à ceux que nous avions exprimés ici : I. — Que la législation fixée par la commission sur les rapports des musées do province et de l’Etat soit intégralement appliquée, avec une fer­ meté soutenue. II. — Que le Parlement porte de 20.000 à 100.000 fr. le crédit du cha­ pitre 38 du budgetdes Beaux-Arts sur 1rs subventions aux muséesde pro­ vince, ce qui faciliterait singulièrement la publication des catalogues. IIÏ. — Que le crédit de l’inventairedes richessesd’art de la France soit maintenu avec les 20.000 francs d’augmentation du budget de 1907. IV. — Que l’obligation pour les musées dépositaires d’œuvres apparte­ nantà l’Etat d’insrrii e à leurbudget un chapitre pour l’entretien, le gar­ diennage et la conservation soit strictement imposée, sous peioe du retrait des œuvres en dépôt. V. — Que l’administration centrale tienne la main à la rédaction des inventaires et à la publication des catalogues, décidant qu’il ne sera plus envoyé une seule œuvre aux musées qui n’auraient pas satisfait à cette double mesure au 3i décembre 1909. La mauvaise volonté dûment consta­ tée des municipalités en cause amènerait le retrait de tout ou partie des œuvres en dépAt. VI. — Qu’une loterie des muséesde province soit autorisée en vue de la conservation, de la préservation et dela réorganisation des musées. VII. — Que les municipalités soient invitéesà exécuter dansla mesure desdisponibilitésbudgétaires les travaux reconnus indispensables parl’ins- pectioo des musées en vuede l’isolement des collections, du chauffage cen­ tral des salles ou galeries et de la disparition totale des risques d’humidité et des causes d’incendie. VIII. — Qu’il soit constitué au sous-secrétariat d’Etat un fichier central qui reproduira sur fiches, avec documents photographiques à l’appui,quand il y aura lieu, les inventaires des musées de province, sous le contrôle scientifique et artistiquede la commission del’inventaire des richesses d’art de France. IX. — Que l’administration provoque la créalion de musées régionaux historiques, ethnographiques et artistiques. (i) V. ittreare de France du novembre 1905, pp. 1I1 et suiv. (a) II. Lapauze, les Matée* d« province. Rapport, Enquête. Législation. Paris, typ. Pion, Nourrit et G**, 1908, m-8, 347 p.