Ouvrir le menu principal

Page:Mercure de France, t. 77, n° 278, 16 janvier 1909.djvu/107

Cette page n’a pas encore été corrigée


REVUS DE LA QUINZAINE »99 REVUE DE LA QUINZAINE ÉPILOGUES Dialogues des Amateurs LXXVU. — Messine. m. desmaisons . — Evidemment, c’est affreux. Seulement l’horreur prolongée finit par inspirer du dégoût, et les journaux s ’y prennent de sorte qu’en moins de huit jours nous en sommes à ce point. A force de lamentations sottes, ils ont rapetissé le cataclysme et en ont fait, non pas même un grand, mais un large fait divers, où barbote une armée de reporters ahuris. m. oelarue . — Vous êtes dur. m.desm . — Ces gens gâtent par leur verbiage télégraphique une belle tragédie. Vous souvenez-vous du récit de la mort du vieux Pline par son neveu? m.dkl. — Oui. C ’est beau. Le récit ennoblit encore la catastrophe. C’est une impression de fin du monde. Il n’y a de pareil dans toutes les littératures qu’un morceau do M. Rosny, intitulé « Tornadres » et qui vous fait vraiment descendre le ciel sur les épaules. M. desm . — La fin de Messine contée par Rosny... Quand donc le* hommes comprendront-ils que les choses n’existent, que les évé­ nements ne furent que dans l ’impression que nous eu éprouvons ?Or, ai, après le premier choc, les malheurs de Messine et de Reggio ne nous ont plus troublésque confusément, à qui la faute si ce n’est aux journaux qui ont délayé un cataclysme en mille petites anecdotes d’nne signification médiocre? Ils rendirent l’horreur saugrenue,et burlesque le désespoir. Voici des chiens affamé6 que l’on (<assomme à coups de fusil », et des bandits sans cœur qui « achèvent les cada­ vre* ». Il y a des malheurs si grands que les hommes n’arrivent pas à les comprendre, pas même à les sentir. Pour en éprouver quelque émotion, ils sont obligés de les prendre par les petits côtés. m.del. — Vous croyez donc que Paris ait été indifférent? m.desm . — Presque. Il était bien trop occupé à se battre avec la boue. m.del. — Damel Vous ne sortez pas, vous, cela vous est égal. m.desm . — C’est-à -dire que je trouve énorme cette prétention de ne pas ressentir les inconvénients de la neige, quand il tombe de la neige. Les enfants demandent la lune. Bientôt les Parisiens exige­ ront un printemps perpétuel.