Ouvrir le menu principal

Page:Mercure de France, t. 77, n° 277, 1er janvier 1909.djvu/185

Cette page n’a pas encore été corrigée


REVUE DE LA QUINZAINEcélèbres contemporaines, dont la lecture, ne saurait qu’augmenter
encore l’admiration générale pour le génie féminin. Cinq cent trente
pages serrées — quarante-huit biographies. Se fût-on douté qu’il
y eût déjà tant de « femmes de plume » fameuses vers 1841 !Un avant-propos nous apprend que celui qui a édité cet ouvrage
en a été récompensé par le plus vif succès. En même temps on nous
dévoile le but qu’il s’est proposé :cc D’esclaves qu’étaient les femmes,
« exposées à la satire la plus amère lorsqu’elles essayaient de,prou-
« ver que leurs facultés les rendaient aptes à la culture des Lettres,
« elles sont arrivées au point d’exciter aujourd’hui le plus grand
« enthousiasme par leurs écrits.,. » — Mais il leur restait encore
des luttes à soutenir : « Battu par les Amazones Littéraires sur le
« terrain de l’inspiration et du talent, le vieux préjugé masculin
« s’est réfugié derrière le rempart des Convenances. » — Fièrement
l’auteur proclame : « Nous le suivrons pour le débusquer ! » Grâce
à ce recueil, « nous aurons fait briller d’un vif éclat des noms
« méconnus par les efforts delà jalousie masculine... les voici arra-
« chés de l’oubli...—A nous,déclare-t-il, l’honneur d’avoir rompu le
« silence homicide qui laisse tant d’illustrations féminines sans
« statues A ce lyrisme pourtant,une légère sourdine : cc II faut
« bien avouer que l’enthousiasme a causé chez quelques-unes une
« sorte d’enivrement qui leur a fait franchir les limites que le ciel
« semble avoir assignées à leur sexe dans la Société... »L’auteur de la préface ne termine pas sans remercier les dames
qui ont mis tant de bonne grâce à fournir sur elles-mêmes les détails
les plus copieux — à unrenseignement près toutefois : celui de leur
âge. Là, il avoue « s’être heurté à un écueil infranchissable,», et,
non sans une pointe d’amertume : « Mes efforts, dit-il avec candeur,
« n’ont eu d’autre résultat que de me faire qualifier d9 homme sans
« tact et sans galanterie! »et il prend sa revanche avec cette pointe :
« J’ai dû me retirer honteux et convaincu que si le progrès a passé
« par là, ça a été pour y empirer la faiblesse, si faiblesse il y a,à une
« femme de vouloir paraître toujours jeune, » Aussi prie-t-il le
lecteur de ne pas lui en vouloir « si l’on trouve la description abon-
« dante des qualités et agréments de toutes ces dames célèbres, mais
« pas le plus petit renseignement qui puisse les amener à com-
« prendre si Von rCa que vingt-cinq ans ou passé la quarantaine ».Quelques-unes de ces femmes célèbres ont signé leurs biographies.
Mais c’est l’exception. La majorité a préféré charger de ce soin
de zélés admirateurs que rien n’oblige à faire pour elles de la mo¬
destie, Les pauvres femmes écrivains d’aujourd’hui sont entrées
trop tard dans la carrière. C’est en i84o qu’il faisait bon être
authoresse ! que de fleurs, que d’encens, que de dithyrambes ! Le
mot «: réputation » est trop mesquin quand il s’agit d’elles. Il n’est