Ouvrir le menu principal

Page:Mercure de France, t. 77, n° 277, 1er janvier 1909.djvu/175

Cette page n’a pas encore été corrigée


REVUE DE LA QUINZAINEr7ide la maison, ainsi que des spécimens de leurs œuvres. Le petit volu¬
me est illustré de portraits de Hans Thomas, R.de Hornstein, Vischer,
J. Ruederer, etc.Memento. — Nord und Süd (décembre) publie un article sur l’art espa¬
gnol, de M. Alfred Demiani, accompagné de fort belles reproductions.
M. H. Schoen consacre une étude à Sully-Prud’homme. Une reproduction
en héliogravure du célèbre portrait de Hans vou Bülow, par Lenbach, sert
de frontispice au fascicule.Hochland (décembre) contient une étude de M. Fritz Hœhersur les com¬
positions de l’autel de Torgau^avec des reproductions de Cranach le vieux.Dans Saddeatsche Monatshefte (décembre), M, J. Hofmitler étudie les
deux derniers drames de Frank Wedekind, Censareet Oaho, qu'il considère
comme des. œuvres autobiographiques. Il rappelle certains événements
de la vie de l’auteur qui corroborent cette affirmation.HENRI ALBERT.LETTRES ITALIENNESGiovanni Pascoli ; Le Ganzoni di Re Ensio, Zanichelli, Bologne» — Memento,M. Giovanni Pascoli vient de donner à l’Italie les premiers chants
d une Epopée nationale. Ce sont, dit-il, des (c tentatives et essais épi¬
ques ». Ce sont, dis-je, des chants d’un grand poème épique où Pâme
italienne se retrouvera peut-être, des chants du poème de sa race que
l’Italie attend encore.La conception de l’épopéedeM. Pascoli est d’une
tendresse et d’une évocation sentimentale très neuves. Il ne chante
pas seulement la haine antique, la haine puissante et féconde du
Moyen-Age, c’est-à-dire de ce temps de mœurs militaires, qui nous
a façonné une âme occidentale parfaitement caractérisée encore
aujourd’hui. Il évoque toute une époque avec tendresse, avec cette ten®
dresse de l’enfant qui sourit à un rêve composé de toutes les légendes
éparses dans le rayonnement de son foyer. Semblable à un enfant
fasciné par le vieillard qui lui dépose au fond du cœur les signes
de la tradition, M. Pascoli regarde le passé avec une âme nou¬
velle, oubliant sa culture pour n’écouter que le bourdonnement
séculaire du sang de sa race. Et son esprit est émerveillé et ému, et
tout souvenir y devient sentiment.Il y a deux manières de cc sentir » l’épopée. Et il ne s'agit pas des
deux manières scolastiques,qui consistent à séparer Y épopée natio¬
nale, sorte de génération spontanée au milieu d’une multitude, de
Yépopée littéraire, sentie et exprimée par un homme seul, un
poète. 11 y a donc la manière pathétique, qui se résout daus une
exaltation monotone des signes extérieurs, derniers, des totaux
triomphants d’un fait historique. Et il y a la manière toute inté¬
rieure, une sorte de manière vraiment et profondément tragique,