Ouvrir le menu principal

Page:Mercure de France, t. 76, n° 276, 16 décembre 1908.djvu/7

Cette page n’a pas encore été corrigée


M LA DOCTRINEOFFICIELLE DE L’UNIVERSITÉ La Doctrine officielle de l’Université Cette formule n’est pas le simple énoncé d’un sujet, d’une matière. Elle implique ~une affirmation, une thèse, et des plus contestées. Elle exige une démonstration préalable. Avant d’exposer et de critiquer la doctrine officielle de l’Université, il faut prouver que l’Uni- versité a une doctrine officielle. L’Université le nie. 1 L’allégation n’est pas neuve. Elle a été produite bien des fois depuis un siècle. Sous la Restauration, sous Louis-Philippe, les adversaires du monopole de l’enseignement d’Etat ne se contentaient pas d’invoquer la doctrine libérale et de reven- diquer en son nom pour chacun et pour tous le « droit natu- rel Md’enseigner. Ils corroboraient d’ordinaire cette revendica- tion d’une accusation directe contre l’esprit, les principes et les intentions de l’enseignement universitaire. Non seulement le monopole leur paraissait en soi un mal et une injustice, mais ils reprochaient à l’enseignement d’Etat de mettre son privilège au service de l’erreur. Du Lamennais de 1814 à Montalembert, Dupanloup et Veuillot, ce grief fondamental fut généralement conçu et formulé du point de vue de la foi catholique, dont l’Université était accusée de ruiner les bases par sa philosophie et par sa manière d’écrire l’histoire. Ce serait pourtant une grosse erreur de croire que seuls au xix" siècle des catholiques se soient élevés d’un point de vue