Ouvrir le menu principal

Page:Mendès - Philoméla, 1863.djvu/226

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
210
pantéleia


Viens, je te donnerai pour décorer ton sein
Des glands encore verts, de belles feuilles lisses,
Et ton bonheur sera mon unique dessein ! »

Les abeilles sortaient à demi des calices :
« Pantéleïa, je t’aime et je ferai du miel
Dans ta bouche, alvéole aux humides délices ! »

« Pantéleïa, disait le nuage du ciel,
Je t’aime et je voudrais t’enlever dans l’espace,
Vers les palais d’azur où sont les Ariel ! »

« Je t’aime et je suis doux, » dit l’épervier rapace.
« Je t’aime et je suis fort, » dit le ramier tremblant.
« Je t’aime, » dit l’essaim des colombes qui passe !