Page:Mendès - Philoméla, 1863.djvu/161

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


À UNE FEMME



Ô femme, ô sombre cœur dans le mal égaré,
Ton front n’est point pâli comme le front des veuves ;
Ta douleur a le calme imposant des grands fleuves,
Et tu ne pleurais pas le jour où j’ai pleuré.