Ouvrir le menu principal

Page:Mendès - Philoméla, 1863.djvu/156

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
140
l’asile


Amoureuse ! et j’unis mes lèvres à ta bouche.
Par toi l’âme s’exhale en cris mélodieux,
Et les désespérés sont semblables aux dieux !