Page:Meister - Betzi.djvu/95

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


plus fortement marqués. Combien de fois n’a-t-on pas entendu citer la vengeance des Atrides, le courage et la modération des Fabius, l’orgueil des lèvres autrichiennes l’esprit des Mortemar, etc. ?

Il est donc incontestable que certains traits, certaines dispositions organiques, dont l’influence sur les dispositions intellectuelles et morales n’est pas moins prouvée, passent d’une génération à l’autre, et ne s’altèrent que par un concours de circonstances qui ne sont pas assez remarquées, mais qu’il suffirait le plus souvent de bien connaître pour en expliquer l’effet. Les exceptions les plus frappantes à une règle si générale la confirmeraient peut-être de la manière la plus éclatante, si l’on pouvait en découvrir plus sûrement la cause ou le principe : cette cause n’est pas toujours