Page:Meister - Betzi.djvu/57

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


les mains des représentans, elle ne reste pas plus être les mains des représentés ou du peuple, que si cette puissance avait passé dans les mains du monarque.

Le Républicain.

Oui ; mais dans notre constitution purement républicaine, c’est toujours la puissance du peuple ; c’est du peuple qu’elle vient ; c’est le peuple qui la donne ; c’est pour le peuple qu’elle s’exerce.

Milord.

Sur ce point il me semble que nous étions depuis long-temps d’accord. Il n’est point de puissance qui ne vienne originairement du peuple, qui ne soit, qui ne doive être essentiellement populaire, et pour être juste et pour se maintenir. Il ne s’agit