Page:Meister - Betzi.djvu/377

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


tous les jours dans les cercles brillans de la capitale de V. M. L’espèce de magie que la Fée exerçait sur les esprits, à force de s’étendre sur un si grand nombre d’individus, en perdant continuellement de son crédit et de sa considération, perdit par là même de sa force réelle.

— Ce qui n’aura pas manqué de donner beaucoup d’humeur à la Fée. Je connais ces dames.

— Comme V. M. devine ! Tant d’humeur, de dépit et d’ennui, que c’est en prodiguant encore davantage ces faveurs qu’elle crut apparemment reconquérir l’empire qu’elle voyait d’un moment à l’autre échapper à ses charmes.

— Ne fût-ce du moins que pour se distraire un peu…

— Il n’y eut enfin personne qu’elle n’admît indistinctement à l’honneur