Page:Meister - Betzi.djvu/366

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



— Eh bien, faites-en une autre.

— Je demande à V. M. quelques instans d’indulgence, et j’espère qu’elle ne trouvera pas que j’en abuse ; car le fond de mon histoire est infiniment remarquable.

— J’aimerais mieux qu’il fût amusant.

— J’ose le croire du moins passablement extraordinaire.

— Eh ! bien, voyons.

— Je ne voudrais pas assurer que la Fée Gnosine, soit plus ancienne que le monde, mais il est au moins très-constant que son origine et celle du monde doivent remonter environ à la même origine.

— De quelle vieille sempiternelle allez-vous m’ennuyer ?

— Que votre majesté n’en soit point effrayée ; cette Fée a le don sublime de paraître à volonté justement tout aussi jeune et tout aussi vieille que les