Page:Meister - Betzi.djvu/343

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


de lire et de prononcer distinctement tous les mots de cette cruelle lettre. Henriette y jeta les yeux et pâlit de surprise et d’effroi ; mais trop émue elle-même pour distinguer l’émotion subite de sa sœur, Betzi ne la prit que pour l’effet de sa tendre pitié. Toutes deux avaient besoin de solitude et de repos ; après s’être embrassées, elles se retirèrent chacune dans son appartement.