Page:Meister - Betzi.djvu/285

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


souvenirs du passé, les plus brillantes espérances de l’avenir, s’il eût dépendu d’elle d’oublier et de faire oublier à son ami tout ce qui n’était pas elle, tout ce qui n’était pas lui.

Pourquoi le bonheur est-il souvent si près de l’homme, et pourquoi l’homme en est-il toujours si loin ? Tantôt ce sont de faux calculs, tantôt une fausse sensibilité, qui nous empêchent de l’appercevoir ou de le saisir ; c’est un jour l’entraînement tumultueux de la surprise, un autre l’empire languissant de l’habitude. Le sentiment pur & vrai qu’exige la jouissance du bonheur semble, pour ainsi dire, incompatible avec la nature de l’homme ; celui qu’il éprouve le plus communément n’est jamais dans la juste mesure de la vérité ; lorsqu’il cesse de s’élever au-dessus de cette juste mesure, il ne tarde pas à retomber