Page:Meister - Betzi.djvu/250

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



CHAPITRE XIII.


Seconde épreuve.




Au bout de quelques mois Séligni reçut un matin de Betzi quatre mots qui ne contenaient qu’une priere très-instante de venir la voir. Elle occupait alors un fort petit appartement près de la comédie italienne ; il s’y rendit d’abord, mais troublé par je ne sais quels pressentimens de crainte et de joie dont il ne pouvait se rendre compte à lui-même. Le billet ne disait rien, mais l’extrême précipitation avec laquelle on l’avait écrit devait faire présager sans doute quelque événement tout-à-fait imprévu.

En entrant chez elle il la trouva près d’une table, la tête appuyée sur