Page:Meister - Betzi.djvu/178

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



Je ne sais si je ne vais pas hasarder un blasphème en littérature ; mais j’ai déjà risqué dans cet article tant de paradoxes que je n’ai plus rien à perdre. Il me semble que chaque peuple conserve plus qu’il ne pense le caractère de ses ancêtres, et je trouve dans les poésies de nos Troubadours une nouvelle preuve de ce que l’on a déjà osé dire plus d’une fois : c’est que de toutes les nations de l’Europe, la nation française est la moins originale et la moins poétique ; cela est si vrai que depuis la renaissance des Lettres, la France est, je crois, le seul pays où l’on ait eu de bons Prosateurs avant d’avoir de bons Poètes : Montaigne, Amyot, Rabelais ont précédé les Regnier, les Racan, les Malherbe ; on les relit encore aujourd’hui avec plaisir, et nous ne supportons plus les vers d’aucuns de leurs contemporains.