Page:Maxine - Le vendeur de paniers, 1936.djvu/87

Cette page a été validée par deux contributeurs.


XI

UNE SURPRISE


LORSQUE Pierre eut appris par téléphone, le danger qu’avait couru sa mère, il partit sans tarder pour Charmeîlles, et là, il eut le récit détaillé de tout ce qui s’était passé. Il serra avec affection la main du petit Ripaul :

— Tu as été vaillant, intelligent et courageux lui dit-il, grâce à toi, nous n’avons pas de malheur à déplorer et de ce jour, tu deviens mon ami ; tu comprends bien, pas mon obligé, mon ami !

— J’suis fier d’être votre ami, m’sieur Pierre, mais je n’étais pas bien brave, j’avais peur, j’en tremblais !

— Tu as surmonté ta peur, c’est encore plus beau !

— Je n’étais pas armé, continua l’infirme, je n’avais que ma béquille !