Page:Maxine - Le vendeur de paniers, 1936.djvu/67

Cette page a été validée par deux contributeurs.


IX

L’ATTAQUE NOCTURNE


TROIS mois se passèrent, pendant lesquels le petit vendeur de paniers commençait à subir une transformation.

Au physique, il se développait d’une façon remarquable ; il grandissait, prenait du poids et on ne l’entendait plus tousser…

Au moral, sous la douce influence de sa protectrice, (qui s’occupait bien plus de lui qu’elle n’en avait d’abord eu l’intention), il devenait tout autre.

Le cynisme inconscient de l’enfant pauvre des grandes villes, développé par la misère et la vue quotidienne de tant de bien-être inaccessible aux déshérités de la vie, par les propos de tous genres qu’il entendait aux halles, par la nécessité de se débrouiller pour gagner le pain de la famille, tout cet ensemble un peu vicié dû à la pauvreté et aux circonstances exceptionnement tristes, tout