Page:Maxine - Le vendeur de paniers, 1936.djvu/11

Cette page a été validée par deux contributeurs.


II

LA POUPÉE


IL neigeait à plein ciel, à Montréal, ce soir du 24 décembre ; toute la journée, le froid avait été très vif, puis la neige s’était mise à tomber, poudrant les gros lampadaires des rues, coiffant de blanc les maisons, les monuments, les trams et les capotes des taxis, esquissant les contours et les dentelures des clochers, d’où résonneraient bientôt le joyeux carillon de l’immortelle fête de la Nativité.

Dans la rue bien éclairée, les vitrines brillantes offraient leurs étalages à travers une légère couche de givre transparent, qui en tamisait un peu l’éclat. Cette veille de Noël, les Montréalais faisaient leurs emplettes et la rue Sainte-Catherine regorgeait de piétons.

Devant une vitrine où s’étalaient des masses de jouets de tous genres, deux enfants