Ouvrir le menu principal

Page:Maupertuis - Accord de différentes loix de la Nature.djvu/3

Cette page n’a pas encore été corrigée


démontre qu’une balle que rencontre une telle surface, est réfléchie par un angle égal à celui sous lequel elle l’avoit rencontrée, & c’est ce que fait la lumiére.

Mais il s’en faut beaucoup que la troisième loi s’explique aussi heureusement. Lorsque la lumière passe d’un milieu dans un autre les phénomènes sont tout differens de ceux d’une balle qui traverse différens milieux; & de quelque manière qu’on entreprenne d’expliquer la réfraction, on trouve des difficultés qui n’ont point encore été surmontées.

Je ne citerai point tous les grands hommes qui ont travaillé sur cette matière, leurs noms feroient une liste nombreuse qui ne seroit qu’un ornement inutile à ce Mémoire, & l’exposition de leurs systèmes seroit un ouvrage immense; mais je réduirai à trois classes toutes les explications que ces Auteurs ont données de la réflexion & de la réfraction de la lumière.

La première classe comprend les explications de ceux qui n’ont voulu déduire la réfraction que des principes les plus simples & les plus ordinaires de la méchanique.

Le seconde comprend les explications qui, outre les principes de la méchanique, supposent une tendance de la lumière vers les corps, soit qu’on la considère comme une attraction de la matière, soit comme l’effet de telle cause qu’on voudra.

La troisième classe enfin comprend les explications qu’on a voulu tirer des seuls principes métaphysiques, de ces loix auxquelles la Nature elle-même paroît avoir été assujétie par une intelligence supérieure qui, dans la production de ses effets, la fait toûjours procéder de la manière la plus simple.

Descartes & ceux qui l’ont suivi, sont dans la première classe; ils ont considéré le mouvement de la lumière comme celui d’une balle qui rencontrant une surface qui ne lui cède aucunement, réjailliroit vers le côté d’où elle venoit; ou qui, en rencontrant une qui lui cède, continueroit d’avancer, en changeant seulement la direction de sa route. Si la manière dont ce grand Philosophe a tenté d’expliquer ces phéno -