Page:Maupassant - Zut !, paru dans Le Gaulois, 5 juillet 1881.djvu/9

Cette page a été validée par deux contributeurs.


Mais en route je réfléchis à cette phrase : « Moi, je me réserve pour la guerre civile ». Cela paraît monstrueux d’abord. Toutes les antiques déclamations vous reviennent à la mémoire : « La guerre entre concitoyens, entre gens parlant la même langue, entre frères, c’est horrible ». Puis peu à peu, en raisonnant, on change d’avis ; on arrive à écarter les rengaines philosophiques, on pense tout seul, et on se dit : « Mais il a raison, cet homme, mille fois raison ! Une seule