Page:Maupassant - Une réponse, paru dans Le Gaulois, 27 octobre 1881.djvu/2

Cette page a été validée par deux contributeurs.



UNE RÉPONSE



Plusieurs journaux ont apprécié, à des points de vue différents, l’article que je publiais avant-hier au sujet des révélations de Maxime Du Camp sur Gustave Flaubert. La chronique de M. Léon Chapron, dont l’opinion me paraît toujours intéressante, car son talent me séduit beaucoup, contient plusieurs points auxquels il me paraît nécessaire de répondre quelques mots.

M. Chapron me loue de vouloir laver le caractère de Flaubert des accusations d’orgueil, de vanité colère et de bizarrerie, accusations qui ne peuvent subsister une seconde pour quiconque a connu le romancier.