Page:Maupassant - Malades et médecins, paru dans Le Gaulois, 11 mai 1884.djvu/7

Cette page a été validée par deux contributeurs.


du premier malade, puis éternelle, la sublime comédie entre ce malade et ce médecin.

Chaque ville d’eaux pour un observateur est une Californie de comique. Chaque docteur est un type délicieux, depuis le docteur correct, à l’anglaise, en cravate blanche, jusqu’au docteur sceptique, spirituel et malin, qui raconte aux amis ses procédés et ses trucs.

Entre ces deux modèles, on rencontre le docteur paternel et bon enfant, le docteur scientifique, le docteur brutal, le docteur à femmes, le docteur longs cheveux, le docteur élégant et bien d’autres. Chaque variété de médecins trouve infailliblement sa variété de malades, sa clientèle de naïfs. Et chaque jour, entre eux, dans chaque chambre d’hôtel, recommence l’admirable farce que Molière n’a pas dite tout entière. Oh ! s’ils parlaient, ces médecins, quelles notes, quels documents merveilleux ils nous pour-