Page:Maupassant - Malades et médecins, paru dans Le Gaulois, 11 mai 1884.djvu/2

Cette page a été validée par deux contributeurs.



MALADES ET MÉDECINS



Singulier mystère que le souvenir ! On va devant soi, par les rues, sous le premier soleil de mai, et tout à coup, comme si des portes depuis longtemps fermées s’ouvraient dans la mémoire, des choses oubliées vous reviennent. Elles passent, suivies par d’autres, vous font revivre des heures passées, des heures lointaines.

Pourquoi ces retours brusques vers l’autrefois ? Qui sait ? Une odeur qui flotte, une sensation si légère qu’on ne l’a point notée, mais qu’un de nos organes reconnaît, un frisson, un même effet de soleil qui frappe l’œil, un bruit peut-être, un rien qui nous effleura en une circonstance ancienne et qu’on retrouve, suffit à nous