Page:Maupassant - Méditation d’un bourgeois, paru dans Le Gaulois, 31 janvier 1883.djvu/14

Cette page a été validée par deux contributeurs.


Donc on veut exiler les princes. Mais cela prouve qu’on en a grand’peur ; et, si on en a grand’peur, je conclus que la République, dont le principe fondamental est la liberté, se sent bien faible.

Mais si la République se sent bien faible…



M. Pomarel s’arrêta, réfléchit, puis se dirigea vers son bureau.

Il en tira un paquet de cartes de visite portant : « Pomarel, commerçant », puis un paquet d’enveloppes ; il introduisit les unes dans les autres et se mit, de sa plus belle main, à écrire des noms.