Page:Maupassant - Les Scies, paru dans Le Gaulois, 8 février 1882.djvu/5

Cette page a été validée par deux contributeurs.


Vaincu, M. Vignaux a, paraît-il, refusé la main que lui tendait M. Slosson. On ne l’a pas trouvé chevaleresque !… Parbleu ! Et on l’a hué. Miséricorde ! La foule est impitoyable.

Comme Olivier fut plus magnanime, plus vraiment grand avec Roland, en lui offrant la main de sa sœur pour terminer la lutte !

Quel enthousiasme dans le public si cette partie acharnée avait pris fin hé-