Page:Maupassant - Les Scies, paru dans Le Gaulois, 8 février 1882.djvu/18

Cette page a été validée par deux contributeurs.


Alors, que voulez-vous ? dira-t-on. De la musique toute simple, où la voix humaine ne sera qu’un instrument. Ou bien, si vous vous destinez à mettre de la littérature en musique, je demande qu’on en fasse autant pour la peinture.

Mais que ferait-on de l’Opéra ? À quoi pourrait-on employer ce médiocre monument ?

À quoi ? Qu’on le livre à MM. Vignaux et Slosson pour y donner leurs représentations, et qu’on écrive sur le fronton : « Académie nationale de billard ». L’enseigne, au moins, ne mentira pas.