Page:Maupassant - Les Femmes de lettres, paru dans Le Gaulois, 24 avril 1883.djvu/6

Cette page a été validée par deux contributeurs.


Donc les vraies femmes de lettres sont des phénomènes — pardon, mesdames. Mais, par cela même qu’elles sont des phénomènes, elles doivent nous sembler plus précieuses, dans le bon sens du mot, plus intéressantes, plus curieuses à étudier, à connaître. Leur rareté fait leur prix. Et ce serait un livre curieux, celui qui nous dirait l’histoire de l’intelligence féminine, de l’intelligence créatrice des femmes, depuis Sapho jusqu’à Mlle Marie Colombier.

Ce qu’on pourrait, en général, reprocher à tous ces écrivains en robe, c’est l’absence de cette chose subtile, indéfinissable, qu’on appelle l’art. Force mystérieuse que produisent certains esprits