Page:Maupassant - Les Femmes de lettres, paru dans Le Gaulois, 24 avril 1883.djvu/5

Cette page a été validée par deux contributeurs.


des hommes : on connaît plusieurs cas de gynécomastie, et on a vu, pendant des famines, de petits enfants privés de leurs mères être sauvés de cette façon. Nous ne mettrons pourtant cette faculté d’avoir du lait, qui doit, quand elle apparaît, s’exercer aux dépens de la force masculine, au nombre des attributs du mâle. De même, sous l’influence d’une discipline spéciale, l’intelligence féminine donnera des produits supérieurs à ceux que peut donner l’intelligence de la plupart des hommes. Mais nous ne devons pas compter cette capacité de production comme réellement féminine si elle est aux dépens des fonctions naturelles. La seule vigueur mentale normale féminine est celle qui peut coexister avec la production et l’allaitement du nombre voulu d’enfants bien portants. Une force d’intelligence qui amènerait la disparition d’une société si elle était générale parmi les femmes de cette société, doit être négligée dans l’estimation de la nature féminine, en tant que facteur social. »