Page:Maupassant - Les Femmes de lettres, paru dans Le Gaulois, 24 avril 1883.djvu/10

Cette page a été validée par deux contributeurs.


Voici une autre femme de lettres qui ne ressemble guère à Mme Juliette Lamber.

Celle-là, c’est une Parisienne moderne, et une raffinée, et une coquette, en littérature, naturellement. Elle signait jadis des chroniques charmantes du nom de Thilda, au journal La France, et d’autres, non moins charmantes, du nom de Jeanne, au Gil Blas. Aujourd’hui, elle est devenue Jeanne-Thilda, et publie un livre excellent, ayant pour titre : Pour se damner.

C’est un recueil de fines nouvelles, joyeuses, bien nées, un peu poivrées parfois, mais jamais trop. Cela est alerte, bien français, bien spirituel et bien galant. On sent Paris dans ce livre, on y sent le boulevard et le salon. Le style élégant garde une sorte de grâce féminine ; il sent bon comme un bouquet de corsage ; et vraiment quelque chose de subtilement amoureux semble courir dans les pages. Pour se damner est bien le titre qu’il fallait.