Page:Maupassant - L’Exil, paru dans Le Gaulois, 8 février 1883.djvu/8

Cette page a été validée par deux contributeurs.


Mais si le gouvernement bannit le duc d’Aumale, lui fait perdre sa fortune, ses propriétés, son luxe, toute l’opulence et tout le bonheur de sa vie, ce prince, dès lors, n’a plus rien à ménager ; il ne pourrait que gagner à tenter un coup d’État, à renverser le pouvoir qui l’a chassé.

Les prétendants opulents et heureux ne sont guère à craindre : seuls les prétendants faméliques sont redoutables.



J’ai vu des exilés.