Page:Maupassant - L’Esprit en France, paru dans Le Gaulois, 19 juin 1881.djvu/9

Cette page a été validée par deux contributeurs.


Je prends parmi les meilleurs poètes.

— Du Clément Marot :

Tu as tout seul, Jean-Jean, vignes et prés,
Tu as tout seul ton cœur et ta pécune,
Tu as tout seul deux logis diaprés,
Là où vivant ne prétend chose aucune,
Tu as tout seul le prix de ta fortune,
Tu as tout seul ton boire et ton repas,
Tu as tout seul toutes choses, fors une,
C’est que tout seul ta femme tu n’as pas.

Du même :

Catin veut épouser Martin,
C’est fait en très fine femelle.
Martin ne veut point de Catin,
Je le trouve aussi fin comme elle.

Voici maintenant du Mellin de S. Gelais :