Page:Maupassant - L’Égalité, paru dans Le Gaulois, 25 juin 1883.djvu/9

Cette page a été validée par deux contributeurs.


dépit de la loi commune et de la fausse égalité ?

De la fausse égalité, car ce service de trois ans est une odieuse injustice. Tout, dans la vie, subit la loi des proportions. Ne serait-il pas injuste d’établir un impôt unique de cinq cents francs ou de mille francs par tête ? Cette charge, insignifiante pour les riches, serait accablante pour les pauvres.

Les mille francs du maçon ou du petit employé ont une autre valeur que les mille francs du baron de Rothschild.

Or, dites-moi, s’il vous plaît, si les trois ans de MM. Gounod, Meissonnier, Clairin, Gervex, Massenet, Saint-Saëns, etc., etc., n’ont pas une autre valeur que les trois ans du terrassier. Dites-moi s’il ne serait pas plus profitable à la patrie que ces hommes donnassent tout leur temps à l’art plutôt qu’à la caserne.