Page:Maupassant - L’Égalité, paru dans Le Gaulois, 25 juin 1883.djvu/7

Cette page a été validée par deux contributeurs.


Donc, on va prendre, à vingt ans, tous ceux qui auraient été des artistes et, pendant trois ans, on va les détourner violemment de leurs préoccupations, de leurs études, de la pratique de leur art ; on va les abrutir le plus qu’on pourra, en faire des quelconques, des médiocres, et cela au nom du patriotisme et de l’égalité.

On les prend à vingt ans, c’est-à-dire à l’âge où l’artiste éclôt, où le tempérament se forme, où l’esprit commence à se posséder lui-même, à comprendre, à concevoir, à s’élargir, à s’envoler. On les garde trois ans, c’est-à-dire pendant la période où le talent en germe allait fleurir, où l’âme inquiète de l’adolescent allait devenir l’âme mûre de l’artiste, pendant la période où le talent se décide, choisit sa voie, porte ses premiers fruits. On les prend juste à l’heure du plus grand effort,