Page:Maupassant - L’Égalité, paru dans Le Gaulois, 25 juin 1883.djvu/2

Cette page a été validée par deux contributeurs.



L’ÉGALITÉ



De toutes les sottises avec lesquelles on gouverne les peuples, l’égalité est peut-être la plus grande, parce qu’elle est la plus chimérique des utopies.

Quand on aura établi l’égalité des tailles et l’égalité des nez, je croirai à l’égalité des êtres.

On me répondra : « Nous ne voulons parler ni d’égalité sociale, — un ministre est plus qu’un charbonnier, — ni d’égalité intellectuelle, — un artiste est plus qu’un ministre, — ni d’égalité de fortune, — M. de Rothschild possède plus qu’un simple électeur, son égal par le vote, — ni d’aucune sorte d’égalité effective ; nous voulons dire seulement que tous les Français sont égaux devant la loi. » (Ce principe, bien entendu, n’est ni appliqué ni applicable rigoureusement.)