Page:Maupassant - En rôdant, paru dans Le Gaulois, 14 février 1883.djvu/10

Cette page a été validée par deux contributeurs.


égards. Le sous-officier les maltraite, les injurie, leur jette des mots qui effleurent à peine un paysan, mais qui traversent leur épiderme léger et font bouillonner leur sang moins épais. L’officier lui-même, accoutumé à faire marcher des lourdauds à coups de juron, ne reconnaît pas, sous l’uniforme, le jeune homme d’une race plus fine.

On dit : « Cela leur apprend l’égalité. » Essayez donc de fouailler un cheval pur-sang comme un cheval de tombereau, sous prétexte de lui apprendre le fouet !