Page:Maupassant - Bibelots, paru dans Le Gaulois, 22 mars 1883.djvu/16

Cette page a été validée par deux contributeurs.


Je parierais qu’il existe, dans Paris seulement, dix fois plus de lits seigneuriaux du style Henri II qu’il n’en existait dans toute la France sous ce prince. Et n’oublions pas, en outre, qu’une bonne moitié de cette literie de barbares a été détruite à mesure que s’affinait l’art du sommier.

On nous casse encore le dos et le reste avec les sièges des temps anciens, alors que nous pourrions nous étendre en ces délicieux fauteuils modernes dont les bois sont invisibles. Le bois n’est-il pas la carcasse du meuble dont le crin est la chair et dont l’étoffe est la peau ? Le squelette n’est homme que vêtu de chair. Le meuble n’est fauteuil qu’une fois rembourré. Nous ne montrons pas nos os par les rues.