Page:Maupassant - Bibelots, paru dans Le Gaulois, 22 mars 1883.djvu/13

Cette page a été validée par deux contributeurs.


» Elle est cette chose subtile qui semble le sourire de la ligne, l’âme de la forme, la physionomie spirituelle de la matière. »

Quand des êtres sont doués pour comprendre de cette façon un temps et des artistes méconnus autour d’eux, pour deviner ainsi à travers les admirations convenues, établies, de leurs contemporains, ils peuvent chercher dans les vieux magasins et même sur les étalages des places publiques : ils trouveront toujours car ils possèdent le génie qu’il faut.

Lorsque les premiers objets du Japon sont parvenus à Paris, les deux frères ont encore compris d’un coup d’œil la valeur d’art de ces choses. Dès 1852, Edmond de Goncourt achetait à la Porte de Chine un de ces merveilleux albums japonais qui valent aujourd’hui des sommes fabuleuses, et qu’on ne trouve plus d’ailleurs.