Page:Maupassant - Bataille de livres, paru dans Le Gaulois, 28 octobre 1883.djvu/9

Cette page a été validée par deux contributeurs.


Le style constamment soigné de Païenne a étonné bien des lecteurs habitués aux brusqueries et même aux brutalités de la phrase moderne. J’ai dit que Païenne était un poème, et un poème remarquable. Il est écrit en une sorte de prose poétique souvent heureuse, souvent charmante, souvent aussi maniérée, dans sa préciosité chantante.



Or, Mme Juliette Lamber reçut, vers le printemps dernier, un manuscrit d’un jeune homme, M. Francis Poictevin. Ce manuscrit portait le titre de Ludine. Après l’avoir lu, elle répondit la lettre suivante :