Page:Maupassant - Bataille de livres, paru dans Le Gaulois, 28 octobre 1883.djvu/5

Cette page a été validée par deux contributeurs.


De cette nature féminine tout d’une pièce est résulté un singulier tempérament littéraire. Aimant les choses grandes et simples, Mme Adam s’est trouvée naturellement portée vers l’art grec, qui est purement plastique ; d’où il résulte qu’elle déteste notre art moderne, subtil, raffiné, tout de nuances. Son esprit sain et droit n’admet pas la complexe habileté des écrivains contemporains qui vont aux fonds mystérieux de l’âme pour y éveiller des sensations légères comme ces parfums rapides qui passent dans l’air, un soir d’été, qui vous effleurent une seconde et qu’on ne retrouve plus. Or, il est peu naturel de vouloir rester grec à notre époque faisandée. Et voilà pourquoi Païenne, qui est, à mon humble avis, la meilleure œuvre de Mme Juliette Lamber, n’a pas été comprise par tout le monde.