Page:Maupassant - Bataille de livres, paru dans Le Gaulois, 28 octobre 1883.djvu/13

Cette page a été validée par deux contributeurs.


Il existe parmi les écrivains deux tendances : l’une qui pousse à simplifier ce qui est compliqué, l’autre qui pousse à compliquer ce qui est simple. M. Poictevin aime à compliquer, non seulement la pensée, mais aussi l’expression. Et, vraiment, je me demande s’il n’est pas possible de dire les choses les plus délicates, de saisir les impressions les plus fuyantes et de les fixer clairement avec les mots que nous employons ordinairement. Tout dépend de la manière de s’en servir. Tous ces engrenages de phrases, ces incidents interminables, ces contorsions, ces inversions, ces cabrioles et surtout ces déformations ne servent, le plus souvent, me semble-t-il, qu’à donner de la peine au lecteur.