Page:Massé - À vau-le-nordet, 1935.djvu/80

Cette page a été validée par deux contributeurs.
78
à vau-le-nordet
Book important2.svg Les corrections sont expliquées en page de discussion

des plumes capables de rendre et des lecteurs capables de comprendre le cachet fruste et pittoresque de ces brutes distinguées… Ce sera notre chronique à nous, les Nibelungen des Wisigoths d’Amérique… Les types littéraires les plus originaux ou les mieux campés du Canada français ne sont-ils pas le défricheur Jean Rivard et le colon Chapdelaine ? C’est du moins ce qu’en pensent nos grands frères de là-bas. Car un chef-d’œuvre ou l’excellence artistique sont, en somme, choses fort relatives. Le succès — je ne dis pas la valeur — dans ce domaine se détermine subjectivement et dépend, en définitive, du degré d’affinement de l’intelligence chez l’élite. Si jamais l’Allemagne ou la Russie, par exemple, s’avisent de découvrir notre littérature, peut-être choisiront-elles d’autres sujets plus conformes à leur conception respective de l’art… Les Américains ne placent-ils pas Restif de la Bretonne, Eugène Sue ou les Dumas au-dessus de Lucien Descaves, de Zola ou de Huysmans ? Et prenez donc, tout près de nous, la statue du Père Jean Brébeuf, je veux dire saint Jean Brébeuf, dans sa niche de l’Hôtel du Gouvernement. J’ai entendu deux artistes d’égale réputation déclarer, l’un que cette statue est une horreur, une ébauche informe, et l’autre que c’est un chef-d’œuvre d’impressionnisme. Alors ?… Quoi qu’il en soit, il n’y a pas à se dissimuler que nous bougeons au pays de Kébec, sans pourtant qu’il y ait