Page:Massé - À vau-le-nordet, 1935.djvu/76

Cette page a été validée par deux contributeurs.
74
à vau-le-nordet
Book important2.svg Les corrections sont expliquées en page de discussion

travers les buissons. Quand il n’avait pas l’aubaine de pareille retraite stratégique, il prenait le parti de paraître, de guerre lasse, se rallier aux badauds, à la masse des gens qui trouvent incommode et fatigant d’avoir à penser par soi-même. Il prenait alors une mine désabusée et concluait, en guise de péroraison : — Après tout, il est certain qu’il vaut mieux de toute façon être fou avec tous que sage tout seul.

Avaleur de frimas, idéologue, iconoclaste, songe-creux, Félix Maderleau était peut-être et même sans doute tout cela. Mais si j’ai donné l’impression qu’il était un vulgaire fumiste, c’est que j’ai mal réussi à dessiner ce caractère.

Je vous concède qu’il avait le ton tranchant du mousquetaire, mais il était, au fond, sincèrement épris de vérité. En poussant à la limite extrême la discussion des théories ou des idées, en agitant jusqu’à épuisement le pour et le contre des questions, il recherchait la lumière. La vérité, répétait-il souvent, est ambulatoire. Question d’époques, de temps, de lieux et de personnes. Il n’y a de vrai que ce dont on est convenu. The King can do no wrong ! Roma locuta est ! Hors de là, chacun a raison, personne n’a tort.