Page:Massé - À vau-le-nordet, 1935.djvu/17

Cette page a été validée par deux contributeurs.

Hommage liminaire

----


Comme un fauve surgi delà les Laurentides
Le nordet se déchaine et son rugissement
Disperse à l’horizon les images livides.
Les chênes, secoués, ont un frémissement,
Enviant — le danger superbes humilie —
        Le gracile roseau qui plie.

C’est un bourru, c’est un grognon, c’est un rustaud,
Mais il est du pays d’où nous vient la lumière !
Aussi lui passe-t-on ses façons de costaud
Qui ne sont que brimade. Il blague à sa manière :
Il hurle, meugle, brame, ameutant la forêt…
        Mais ça n’est que du vent nordet !

Pour un chapeau qu’il chipe, une jupe qu’il trousse,
Il écarte de nous miasmes et brouillard.
On rage et, justement, on rage plus qu’on tousse.
Ah ! madame, oubliez la perte d’un riflard,
Car où trouver un teint qui vaille votre mine
        Que ce vent polisson lutine ?