Page:Madame de Mornay - Memoires - tome 1.djvu/16

Cette page a été validée par deux contributeurs.



MÉMOIRES
DE
MADAME DE MORNAY.




A SON FILS
PHILIPPE DE MORNAY.


Mon Filz, Dieu m’est tesmoing que, mesme avant votre naissance, il m’a donné espoir que vous le serviriez ; et ce vous doibt estre quelque arre de sa grâce, et une admonition ordinaire à vostre devoir. En ceste intention, nous avons mis pene, votre père et moy, de vous nourrir soigneusement en sa craincte, que nous vous avons, en tant qu’en nous a esté, faict succer avec le laict ; avons eu soin aussy, pour vous en rendre plus capable, de vous faire instruire en toutes bonnes lettres, et grâces à luy, avec quelque succez, afin que vous peussiez, non seulement vivre, mais mesmes reluire en son Eglize. Maintenant, je vous voy prest à partir pour aller voir le monde, connoistre les mœurs des hommes et l’estat des nations ; ne vous pouvant suivre de l’œil, je vous